J’étais gamine, étalée à terre, les genoux éraflés de sang, de cailloux et de poussière. Et puis, une main s’était tendue vers moi. Une silhouette noire contre le soleil dressée de toute sa hauteur. Elle me paraissait si grande. Mais quand elle m’a relevée, j’ai réalisé qu’elle faisait presque la même taille que moi. Seulement un peu plus haute. Elle m’a remise sur pied, et sa main m’a lâché quand je me suis stabilisée. Ensuite, elle m’a souri.

Voilà, c’est souvent comme ça que je m’imagine la scène. Même si ce n’est pas tout à fait comme ça que ça s’est passé.

En fait, c’était près de la mer. Celle du Nord, tu vois. Où il fait plus froid dedans que dehors. C’était une sortie éducative sur la faune de la côte. Sortie qui s’est finie avec un tour sur la plage ; les gosses en pagaille, et les profs dans l’angoisse.

A l’époque, j’avais la trouille de l’eau. Surtout de la mer. Ca m’impressionnait, moi, petite sauvageonne des bois, cette puissance aqua, tu vois.

Le hurlement des vagues.

Leur houle furieuse

Leur brûlure glaciale.

Et leur morsure salée.

J’étais encore embaumée du mucus de la terre, du bruissement des feuilles et des envolées de la sciure. Du coup, cet abysse marin et sombre, j’y trempais deux orteils et mon souffle se perdait.

Alors, quand deux-trois tiots boys, pour faire les gros durs, se sont amusés à me submerger, corps et tête dans les flots, la fragile sylvaine que j’étais s’est carapatée derrière les rochers, délaissant derrière de grosses gouttes d’eau. Salée, elle aussi.

Et c’est là qu’elle s’est ramenée. Elle s’est plantée devant les trublions avec un regard de feu, qui lançait des éclairs, sans pitié. J’ai même entendu le terrible bruit du tonnerre résonner dans son jeune gosier. J’avais jamais entendu ça avant. Juré.

L’effet fut saisissant. Ni une ni deux les agitateurs ont lâché quelques excuses, discrètes mais sincères, et je leur ai offert un faible mais soulagé sourire de pardon. Ils sont partis sans rien attendre de plus, et je suis sortie de mon refuge de roches. Et puis, elle et moi, on a discuté de trucs de gamines jusqu’à la fin de la journée.

Voilà, cette petite foudre, là, d’un mètre vingt, pas plus, cette gamine héroïne, elle est devenue l’une de mes premières expériences uniques d’amitié, tu vois. Et de sororité.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s